Le marquis va-nu-pieds
 

Critiques

Romans contemporains

 

Le marquis dont il est question a bel et bien existé. De là à dire que mon livre est une biographie serait très abusif : on sait trop peu de choses sur lui. Il était breton, né fort pauvre. Il devint pourtant l'ami d’Henri IV puis le conseiller de Louis XIII et possédait à sa mort une des plus grosses fortunes de France, ce qui n’est tout de même pas suffisant pour me séduire.

Deux raisons m’ont donné envie de fouiller sa vie.

La première, c’est que cet homme a connu une ascension phénoménale, unique pour son époque.

La seconde est que, pour des raisons mystérieuses, il semble s’être laissé mourir de tristesse ; c’est du moins ce que remarqua le cardinal de Richelieu.  Le marquis de Ruellan  mourut en laissant un testament qui a fait mon bonheur mais pas celui de toute sa famille. Il privilégiait impudemment sa benjamine, Anne-Guyonne.

Pourquoi ?

Ce vainqueur était un homme humilié, malheureux et honteux. Il possédait tout, hors l’essentiel, l’amour des siens. Pourquoi ?

Comment l’Histoire de France, à laquelle Ruellan a participé en particulier au moment des Guerres de Religion, a-t-elle influé sur son destin ?

Le bonhomme m’intriguait, je suis partie à sa recherche. Je me suis promenée, dans la région de Fougères, sur ses terres, j’ai dormi chez lui, non loin de Combourg,  j’ai étudié ce qu’il a laissé pour essayer de le comprendre. Cet homme était un bâtisseur, un visionnaire, un être très attachant mais sa vie est forgée sur des trous d’ombres, des mystères que je me suis efforcée d’élucider.

RESUME

 

Grand format

Editions JC Lattès

 

 
   
 
Romans historiques